Bon Jour, et bel instant présent,

Dirigeantes, Dirigeants, Managers, Cadres, Employées, Employés, tous humains, et en besoin de reconnaissance.

A propos c'est quoi pour vous la reconnaissance ?
Prenez le temps de vous interroger, et de répondre à cette question.
Notre vision, notre définition nous appartient. Nos Collaborateurs, Partenaires peuvent avoir une définition bien éloignée de la nôtre. C'est ainsi !
Vouloir convaincre, faire changer l'autre est un abus de pouvoir tant avec soi qu'avec l'autre, et une ouverture au dialogue avec notre vulnérabilité.
Pas facile ce dialogue là, n'est-ce pas ?

Un nouvel espace, c'est une création partagée, et non une nouvelle bagarre de territoire .
Observation à l'extérieur, vous pouvez lire l'article :   "Reconnaissance au travail : Le grand malentendu"

Passons à présent à l'observatoire intérieur. Quelques réticences ? Restez détendu, c'est vous l'observateur !
Vérifiez avec vous-mêmes : "Comment je me sens ?"

Vous arrive-t-il d'imaginer que pour un instant, vous vous glissez à la place de l'autre ?

Allez-y, expérimentez, changer de place, mettez-vous "dans la peau" de l'autre, juste un instant, respirez, ressentez....
Le verbal, le non-verbal, les émotions, les avis, les contraintes, les exigences, les enjeux, les priorités, les peurs cachées, les doutes, les désirs, les projets, les besoins....en un mot, le modèle du monde de l'autre, tout aussi unique et personnel que le vôtre.

Créer un nouvel espace de dialogue à l'extérieur, c'est d'abord en créer un avec soi, prendre le temps d'un état des lieux, d'un sondage des ressources.
Difficile de s'observer soi ?
Narcissisme dirons certains, humilité dirons d'autres, présence à soi dirons d'autres encore.

Peu importe le nom que nous posons sur les choses et les états.
Tout autant que nous avons besoin d'une unité cohérente en nous-mêmes pour nous sentir dans un bien-être, un équilibre, nous avons besoin de cette même unité avec l'extérieur.

Nous nous perdons souvent dans la croyance que nous pouvons diriger l'autre, au sens obtenir de l'autre qu'il ou elle soit notre continuité, notre extension, notre autre moi.
La hiérarchie est une structure organisationnelle, un ordre nécessaire à la juste compréhension des mouvements internes, et non une dictature de fait, qui a le pouvoir d'imposer sa loi et ses commandements sans aucun espace de dialogue.

Avoir la fonction de dirigeant(e) d'une institution, d'une organisation, d'une entreprise, témoigne de notre "faire", et plus encore de notre "savoir faire".
Nous donnons la direction, là est notre rôle, notre mission, nous ouvrons cet espace d'actions nécessaires à garantir la pérennité de l'institution, de l'entreprise.

Qu'en est-il de notre "être", et de notre "savoir être" ?
Sommes-nous dans la confusion entre "dialogue intérieur : dominer-ressasser-ruminer" et "dialogue intérieur : communiquer avec soi"
Qu'en est-il de notre capacité à nous diriger de l'intérieur ?

Sommes-nous hiérarchisés en ce qui concerne nos besoins véritables ?
Comment gérons-nous cet ultime et inévitable face à face avec nous-mêmes ?
Attendons-nous le dernier souffle pour nous y confronter ?

Quels recours, quelles ressources avons-nous en cette insondable solitude face à nous-mêmes ?
Avons-nous une vie intérieure ?
A-t-elle autant d'importance que notre vie extérieure ?
Quel sens donnons-nous à ce que vivons ?

Se pourrait-il qu'il soit plus supportable d'accepter les remous de l'extérieur, pour ne pas aller voir à l'intérieur ?
Se pourrait-il que certains préfèrent entretenir la domination exercée sur l'extérieur, plutôt que de se confronter à leurs limites intérieures ?
Se pourrait-il qu'il soit plus facile d'accepter l'inacceptable (voir l'article syndrome de Stockholm), plutôt que de dire non à l'inacceptable et oser la nouveauté ?
Se pourrait-il que le mouvement persécuteur-victime-sauveur soit notre tiercé gagnant ? (voir l'article Triangle de Karpman) à l'intérieur, comme à l'extérieur....

Trop de questions peut-être ?
Besoin d'un nouvel espace pour entrer dans ce dialogue inévitable ?
Je vous accompagne, c'est ma fonction, mon rôle, mon savoir faire, et mon savoir être.

Prenez le temps de mesurer les conséquences de rester en situation de méconnaissance, de surpuissance, de blocage, de déni, d'auto-sabotage.

Nous avons tout autant besoin de nous reconnaître nous-mêmes de tout ce que nous sommes, que de recevoir de la reconnaissance de l'autre.
La reconnaissance de soi passe par la dimension d'une vie intérieure, certains disent vie spirituelle.
C'est comme ouvrir un nouvel espace pour y rencontrer la dimension de l'Homme d'Universalité, la dimension de notre "Être".

En-Vie d'expérimenter ?
Contactez-moi

Au plaisir d'un nouvel ordre intérieur,
étape nécessaire à créer une nouvelle humanité, et la restructuration de nos ressources.

Bien à nous tous,
Dominique M

 

Related posts:

Tags: , ,