La motivation est et reste un témoin précieux de notre présence à nous-mêmes, de notre lucidité, et de notre discernement dans notre évalutation.

Dans un article précédent, « La Motivation, une denrée qui semble se raréfier », j’ai évoqué l’énergie « envie », et les capacités que nous avons de mesurer avec nous-mêmes les raisons pour lesquelles il semble nécessaire de produire un effort pour aller de l’avant, et vivre de la satisfaction dans notre ressenti.

A présent, je vous propose de reconsidérer la perception de la motivation, de l’observer sous un autre angle, et de tester une nouvelle approche.

Et si le simple fait de parler de motivation générait systématiquement un mouvement contraire, un frein invisible, une limite par trop d’insistance ?
Et si le besoin de motivation cachait en vérité une illusion non repérée  ?

Parler de se motiver, c’est déjà avoir accepter inconsciemment le manque de quelque chose, c’est déjà un jugement non conscient avec soi, c’est croire en quelque chose sans fondement réel.
Plutôt que de parler de motivation, sollicitation du mental, je vous invite à changer de niveau de perception, à sentir en vous ce qui se passe dans votre corps quand vous cherchez la motivation, et de vous interroger sur la véracité de vos actions.

Qui motive qui ?
Vers quoi allez-vous ?
Que ressentez-vous lorsqu’il s’agit de vous engager ?
Votre corps tente-t-il de communiquer avec vous à sa façon ?

Bonjour et bienvenue dans l’intelligence de l’évaluation consciente !

Connaissez-vous la philosophie du Tao ?
Elle rejoint la sagesse antique des philosophes, tant elle met en évidence la nécessité de fusionner le corps et l’esprit.
La médecine traditionnelle chinoise (MTC) a systématiquement utilisé ce fondement de l’énergie YANG (l’esprit) manifesté dans l’énergie matière  YING  (le corps physique).

Ce corps physique dans son ensemble est créé et agencé pour être en santé, et « partenaire ressources » en toutes circonstances.
Seules les perturbations de nos croyances, de notre « film intérieur », sont à l’origine des déséquilibres du corps physique, de la baisse en énergie, et de l’absence de motivation à entreprendre.

Lorsqu’une baisse de motivation, voire une absence de motivation se manifeste, c’est qu’il y a désaccord en soi entre la volonté mentale et le but à atteindre.

Mais qu’est-ce qu’un but ?
Sommes-nous en train de jouer face à un adversaire ?
Qui est l’adversaire réel ?

motivationUn but présuppose qu’il y a une vision créée d’avance concernant un résultat à obtenir.
Que ce but soit fixé par un intervenant extérieur (demandes professionnelles, sociales, familiales…), ou qu’il soit mis en place de façon personnelle, ce but à atteindre ne nous appartient pas pleinement, car il dépend aussi de l’environnement extérieur.

Exemple : Une entreprise peut avoir les meilleurs commerciaux qui soient, les motiver à atteindre de nouveaux objectifs, ce n’est pas pour autant que les clients seront au rendez-vous. Le but ne sera pas atteint malgré la performance des personnes ressources.

IGNORER CET ÉTAT DE FAIT, contribue à affaiblir les personnes en ruinant les meilleures volontés.
Poursuivre la quête d’un résultat, revient à vivre sous la pression permanente qu’un danger menace si le but n’est pas atteint.
C’est précisément ce « danger inconscient » qui ruine la motivation.

Lorsque la pleine présence à soi est maintenue, alors la satisfaction de s’engager à la réalisation d’un objectif, tout autant que le plaisir d’utiliser ses ressources intérieures, permettent de renouveler la motivation, quel que soit le résultat obtenu.

La motivation est donc étroitement liée à l’évaluation des actions menées.

Trop d’entreprises négligent cet état de fait, tant la pression et la politique du résultat gouverne en permanence.
Manager en toute conscience, c’est aussi accueillir et accepter qu’il soit nécessaire de décrocher du résultat, pour développer de nouvelles richesses intérieures, permettant d’agir avec créativité dans l’intelligence collaborative.

L’esprit d’équipe, façon slogan publicitaire ne suffit plus, il y a nécessité de remettre en question la qualité de l’évaluation.
Ces remises en question passent par l’introspection, tant individuelle que collective, et le besoin d’observer en posture « Méta » (au dessus de), non pour continuer d’exiger, mais bel et bien pour apprendre comment l’esprit communique avec le corps.

Le processus « Dynamique 5 » s’articule autour des dernières recherches sur le cerveau, tout autant qu’il intègre la richesse du Tao et de la MTC.

S’éveiller à soi, c’est s’engager dans le réel de l’instant, en toute bienveillance et lucidité, et sentir en permanence cette motivation à entreprendre de nouvelles actions dans l’accueil et l’acceptation que le but dépend de nombreux facteurs extérieurs non maîtrisables, non contrôlables.
C’est aussi le développement d’un focus sur l’auto-évaluation.

Développer la pleine maîtrise de soi demande de s’engager dans l’humilité, et dans l’humilité, la motivation coule à profusion !

Besoin d’un accompagnement spécialisé, par une professionnelle motivée ?
Rencontrons-nous !

 

 

Related posts: