Le bel été se déroule, c’est la saison de la lumière au zénith !
C’est magique comme l’été réserve son panier garni d’amour et de « miracles », et combien ont fleuri les belles recommandations pour passer un été joyeux et réparateur de toutes les autres saisons, comme si le temps de vivre n’avait place que quelques mois par an.
Il n’en est rien, chaque saison de la vie est porteuse de lumière pour faire recette.

Belle journée de soleil, que la lumière de la vie soit !

Puisque vous allez probablement passer de bons moments, ou avez déjà empli vos mémoires d’instants joyeux, je vous suggère déjà de les inscrire sur la longue durée de façon à en profiter encore, même lorsque le temps des vacances sera échu, afin d’éviter le retour de la grisaille du quotidien qui aura vite fait d’absorber et d’engloutir les vitamines de la saison de la lumière au zénith.

Pour ce faire, je souhaite vous sensibiliser à votre soleil intérieur, qui peut briller toute l’année, comme le soleil extérieur d’ailleurs, et ce même si de grosses couches épaisses nuageuses donnent l’impression que ce soleil est parti en vacances !
En vérité, le soleil assume sa fonction non-stop, et diffuse sa lumière pour que tout le vivant terrestre reçoive l’information vibratoire nécessaire à sa croissance et son équilibre.
Il peut donc en être de même avec notre soleil intérieur.

Afin d’éviter les dommages du rayonnement, protégez-vous naturellement du « cancer » qui vous menace chaque fois que vous perdez la connexion d’avec votre corps physique, votre senti, vos sens, vos sensations, l’instant présent, le factuel, le réel, et que vous laissez galoper insidieusement votre mental à produire sans arrêt des effets de toutes sortes, qui nourrissent copieusement vos croyances et vous enlèvent du vécu conscient de vous.

Dans ces instants là, hydratez-vous de façon à éviter le coup de chaleur envahissant.
Buvez de l’eau, pleinement connecté(e) à vous au moment où vous agissez, et sentez que l’énergie de la vie coule en vous, circule dans tout votre corps, tout comme l’eau que vous buvez. Cette énergie, comme cette eau, apporte à votre corps le nécessaire à hydrater et à laver vos cellules.

Vous pouvez également vous rafraîchir en prenant un bon bain, de mer, d’océan, de piscine, de lac,  si cela vous est possible, de préférence totalement nu(e), pour savourer à nouveau le bien-être de la fluidité de l’eau et de son effet tant salvateur que porteur.

Si vous ne pratiquez pas le naturiste, je vous suggère quand même d’expérimenter le bain de nudité, souvenir de la nudité première du bébé qui naît à la vie, pour ressentir le mouvement de ce fluide naturel, premier constituant du corps physique.

Même si vous avez « passé l’âge de la berceuse », vous sentir bercé(e)  de la  bienveillance naturelle de l’eau, nécessaire à l’équilibre et la santé, vous apportera un réel moment de paix, de joie, bien plus bénéfique que de rester à vous bercer des illusions que vous entretenez, par manque de présence à ce que vous vivez, quand vous le vivez.

La nature a quelque chose de merveilleux, elle donne sans arrêt sans rien attendre en retour.
A elle seule, elle est une saison permanente des bienfaits pour le corps et l’esprit.
La nature intérieure agit de même, et il nous appartient à chacun, d’ensemencer notre terre intérieure.

Pour ce qui est de l’exposition progressive à votre lumière intérieure, débarrassez-vous des excès accumulés dans votre tête, en écrivant chaque matin tout ce qui justement passe par votre tête.
Cet outil à lui seul agit comme un lavage intérieur de la tête, le fluide bienfaisant de l’encre du stylo agissant comme l’eau, et permet  d’évacuer les pensées rances voire envahissantes, sans pour autant procéder à un lavage de cerveau.

Utilisé toute l’année, le lavage naturel de la tête génère un apport garanti en vitamines solaires, en provenance du soleil intérieur, et stimule grandement la créativité. Ainsi, vous récupérez progressivement votre pouvoir de créer votre vie en toute conscience.
Au fil des jours et des semaines, et même si les vacances estivales sont terminées, les vacances intérieures se poursuivent, car chaque nouvelle journée se trouve éclairée de bienveillance naturelle, durable et renouvelable, comme l’énergie de l’univers.

Les fruits et les légumes frais, bio de préférence, vous invite à passer en mode bio dans votre terre intérieure.
Afin de vous garantir les miracles de la nature vraie, je vous suggère d’arrêter de traiter vos insatisfactions, vos désirs frustrés, vos mécontentements, voire vos multiples mensonges avec vous même, avec tous un tas de pesticides, d’engrais chimiques, ou de solutions « géno-performantes » pour adopter la posture consciente de l’acceptation dans l’instant de ce qui est, en dehors de tout jugement.

Quelles que soient les circonstances vécues, les meilleures récoltes que vous ferez viendront de la conscience que vous avez de vous-même, au moment où vous vivez les choses, connecté à l’ensemble de votre corps et en écoute des pensées qui vous traversent.
Ceci est peut-être la meilleure recette pour garder l’équilibre du corps et l’harmonie dans tous les domaines de vie.

Le bonheur réel, le vôtre comme vous le définissez pour vous, se récolte à longueur d’années, et se diffuse comme des huiles essentielles, dès l’instant où vous revenez à vous, plutôt que de vous laisser embarquer par toutes sortes de « prêts à l’emploi miraculeux » qui agissent instantanément, comme déjà vécus et expérimentés, alors qu’il n’en est rien, car les anciens schémas restent actifs et entretiennent une routine qui donnent sans cesse les mêmes conséquences.

Le copier-coller intellectuel, la rationalisation, agit comme un raccourci fulgurant, à vous amener directement à l’effet « je pense donc je suis ».
Qu’en est-il vraiment ?
Êtes-vous en train de suivre le même mouvement répétitif de vos habitudes, de vos attitudes conditionnées, de vos certitudes, de vos croyances non renouvelées, de vos pensées non conscientes, en vous figurant que vous passez par la case « être » ?

Le figurant est, par définition, un intervenant (au masculin comme au féminin) , qui participe au tournage d’une fiction.
Votre vie est-elle une fiction ?
Suivez-vous le mouvement de prendre un rôle, d’incarner autre chose que votre propre corps, votre propre histoire, vos propres aspirations profondes ?

La récolte des fruits et légumes du potager intérieur présuppose d’agir avec la conscience de soi, connecté dans le corps tout entier pour donner vie à quelque chose.
Rien ne sort de la tête, car c’est un espace clos. Seules les pensées se projettent, sans prendre corps et vie réelle pour autant, et l’illusion demeure.

Ce qui jaillit de mes pensées en écrivant cet article passe par mes doigts qui s’agitent sur le clavier, doigts qui composent mes mains, rattachées à mes bras, eux-mêmes rattachés à mon tronc etc…etc…
Certes, il jaillit quelque chose qui passe dans ma tête, mais c’est bien avec l’aide de mon corps que je peux agir dans l’instant, et créer pour donner.
Cela semble tellement anodin.
Pourtant, nous faisons un usage conséquent des pensées, des paroles, en oubliant souvent de donner corps à ses pensées multiples par des actions concrètes, et bienveillantes.

Et si le soleil était un réservoir de pensées diffusées, canalisées par ces corps actifs de vie que nous sommes ?

Les fruits et les légumes naissent parce que le corps terrestre est vivant et organisé pour produire ce nécessaire naturel à l’équilibre de tous les corps.

Quand vous mangez dans la pleine présence, vous redécouvrez le vivant de votre nez, de votre palais, de vos dents, de vos gencives, de vos mains etc….
Savourer l’instant, c’est accueillir avec la présence la nourriture « multitude » de la lumière vivante diffusée.

En ce jour de la Mère de vie, je vous souhaite le zénith de votre propre lumière, pour éclairer vos jours et vos nuits à chaque instant, et donner corps par vos actions, à tout ce qui vous anime au plus profond de vous.

Que le renouveau soit, et que ce renouveau fasse recette pour accomplir et réaliser le meilleur de nous !

 

 

 

Related posts: