Le Marketing de la vie « Vie à Vendre », ou comment  induire le réflexe conditionné « achat » chez le consommateur.
« Vie à Vendre », boulevard de la réussite, vitrines des solutions, préparations instantanées,  « prêtes à l’emploi », adhérer c’est gagner !
Sommes-nous encore des décideurs ?

Êtes-vous plutôt connecté à vous-même, dans le discernement, à l’écoute de vos besoins véritables ?
Êtes-vous du genre en « débâcle » intérieure, submergé (mais tout va bien quand même !), au point de répondre au conditionnement du marketing de la vie ?
Êtes-vous simplement friand des dernières procédures marketing de la vie, à ne pas vouloir manquer le dernier must en la matière ?
Êtes-vous encore vivant de vous, conscient que vous êtes un décideur vigilant et averti ?

Bon Jour, et Bienvenue au cœur de votre nature aimante

Avez-vous remarqué la déferlante des astuces du marketing de la vie ?
Le cocktail « prêt à consommer » est souvent formulé ainsi :
Les 7 pratiques de ceci…
Les 5 clés de cela…
Les 8 actions pour ceci…
Les 9 pièges à éviter pour cela…
Les 6 techniques pour ceci…
Les 3 atouts pour cela…

Bref, d’une façon générale, il est clairement établi que « ça marche ! »,  car ces stimulus sont très efficaces pour déclencher systématiquement une réaction psychologique et une action : ACHAT !
Telle est là la grande aventure du marketing, vous écouter discrètement dans vos désirs, vos envies, vos manques, vos plaintes et vous créer des solutions « miracles », toutes faites et faites pour vous exclusivement, répondant à vos besoins apparents, comme si vous étiez subitement réduit (e) à une simple carte à puce à laquelle il suffit juste de rajouter une ligne de programmation et un bouton « on ».

Pas de panique, nous sommes tous visés ! C’est le jeu de l’offre et de la demande…. revu et corrigé en offre AVANT la demande !

Question : Est-ce bien là un mouvement visant à déclencher une évolution favorable et durable que de nous conditionner davantage par des solutions auxquelles bien sûr nous n’avons pas pensé faute de temps ou de volonté de s’interroger sur nos BESOINS PERSONNELS VÉRITABLES ?

Serions-nous des clones voire des mécaniques usinées avec pièces de rechange ?
Cerveaux sur pattes peut-être, connectés sur la grande trame du bonheur à la carte ?

Comment échapper à cette nouvelle formule « Vie à Vendre » ?

A propos, achetons-nous les rayons du soleil ?
Recevons-nous une facture à payer pour l’eau qui tombe du ciel ?
Payons-nous pour écouter le chant des oiseaux ?
Quel est le prix pour respirer l’air iodé de l’océan ?
Combien le droit d’entrée pour marcher sur une plage ?
Avons-nous déjà vu une borne péage pour faire une ballade en forêt ?
Mais qui décide de la vie à vendre ?
Ou encore qui nourrit le concept « vie à vendre » ?

Et si le marketing de la vie nous amenait en douceur et discrètement vers la formule « puces dans la tête » pour nous éloigner de notre vivant véritable, nos rêves, nos intentions les plus belles, nos aspirations les plus profondes, nos envies de vraie vie, le droit d’être différent, unique, inventif, créateur, libre d’être, le droit de dire non sans avoir à se justifier, la possibilité d’avoir ses propres visions, fondements, la liberté de découvrir la vie à sa façon, à son propre rythme.

La prochaine fois que vous lirez un article ou un livre traitant de solutions « prêtes à l’emploi », je vous suggère de prendre un temps avec vous, et de vous observer dans vos réactions mentales et émotionnelles.Rz_15

Avez-vous ce réflexe conditionné de vous juger, de vous comparer, de vous estimer comme si le contenu écrit vous donnait une vérité vraie à laquelle vous deviez strictement vous conformer ?
Comment vous sentez-vous alors ? Vivez-vous des réactions émotionnelles de type agacement, malaise physique, euphorie, contentement ?
Je vous propose de prendre conscience dans ces moments là que vous jouez au jeu des « 7 erreurs ou différences ».
Vous savez ces deux desseins en apparence similaires au premier abord qui finalement ne le sont pas !

 

A présent, je souhaite attirer votre attention sur un phénomène particulier.

Avec la mondialisation et l’internet, nous vivons dans un espace totalement rétréci car nous avons accès au monde en direct, indépendamment des distances géographiques. Notre cerveau réduit donc le monde à une information compactée, et ne nous permet plus de nous situer dans un espace réel, un espace ou pouvoir encore prendre de la distance et réfléchir à partir de soi, comme un chercheur en découverte.

Ainsi, la moindre information fait partie de notre espace personnel de façon immédiate, comme si nous étions en capacité de contenir le monde en notre cerveau, dans l’espace unique « intellect ».

Est-ce pour autant que nous savons encore ÉLARGIR cet espace ?
Sommes-nous encore suffisamment présents à nous-mêmes et conscients de notre individualité, de notre unicité pour faire la différence entre l’information donnée et ce qu’elle induit en nous. Que devient notre discernement ?

Notre cerveau et sa rapidité à généraliser, à compacter, ainsi que le rythme infernal que nous soutenons pour aller avec ce monde et ne rien manquer nous conditionnent à ne plus réagir posément.

Serions-nous « absents », « endormis », » anesthésiés » au point de nous éloigner de notre propre centre directeur et décideur, notre volonté d’être,  en actions de vie avec nos valeurs éthiques profondes ?

Pour développer un équilibre dynamique en vous, avec vous, je vous suggère de prendre le temps et l’espace suffisamment grand pour vous demander quels sont vos besoins véritables.

Et si ces besoins étaient prioritairement de parler de vous, d’oser dire tout haut ce que vous gardez en vous par peur de…., de prendre un instant pour respirer, faire le point, y voir plus clair, être écouté, entendu, sans quoi que ce soit d’autre, juste vous donner un espace d’accueil, élargi, bienveillant, sécurisé, sans aucune intention pré-établie, pré-mâchée, prête à l’emploi.

A force de répondre machinalement au marketing de la vie, nous perdons notre identité réelle, nous ne savons plus assumer notre unicité, notre différence, notre richesse d’être ce que nous sommes, en dehors de tout jugement, de tout classement, de toute comparaison, évaluation.

nature

La prochaine fois que vous ferez une ballade en pleine nature, je vous suggère d’observer la vraie réalité de la vie, chaque forme de vie à son espace, son unicité, sa différence, sa raison d’être, sa fonction. C’est ce bel assemblage qui crée la beauté de l’ensemble, l’équilibre dynamique, l’écologie, le vivant.

Et pour vous, vivre votre différence, votre unicité, ça se manifeste comment ?
Besoin de vous rencontrer vous-même hors des artifices, des masques de personnalité, du marketing de la vie ?

Je vous propose un face à face avec vous dans votre espace réel,  un temps de printemps, ce temps où toute la nature renaît….

 

 

 

Related posts: