Parler de soi, qu’est ce que cela veut dire vraiment ?

S’agit-il de faire état de ses actions, prouesses, réalisations, manquements, bref tout ce qui se voit à l’extérieur ?
Et parler de soi vu de l’intérieur, parler avec son coeur, faire usage de la parole vraie, dire en toute authenticité, sans détour, révéler et se révéler, c’est comment pour vous ?
Parler de soi pour en vérité se faire parler, se donner la parole, pour en finir avec les complaisances, les faux-semblants, les pirouettes, les masques de personnalité, les détours.

Quand il s’agit de parler de vous, de prendre la parole, d’exprimer ce qui se passe à l’intérieur, dans votre sensible, comment le vivez-vous ?
Soulagement, plaisir, épreuve, peur, satisfaction…. Qui est au « rendez-vous » ?

Bon Jour, et belle journée,

« Nous avons les moyens de vous faire parler…. », cela me rappelle la réplique d’un film, une histoire de guerre et de prisonniers torturés.
Ces attitudes de violence, d’intimidation, de harcèlement, de persécution, de chantage à la mort, nous les vivons encore, même si parfois ces attitudes passent par des beaux sourires enjôleurs, des beaux costumes et des belles robes.
Alors, dans ces moments là, que se passe-t-il en soi ?

J’ai lu ce week-end  dans un magazine scientifique un rapport pertinent dans lequel il est mis en évidence que la violence des mots, ou le rejet ont un impact aussi violent que des coups physiques ou des brûlures.
Ces enregistrements observés dans le cerveau montre que le corps perçoit et mémorise en fonction de l’intensité émotionnelle vécue.
Ainsi, même si nous faisons notre possible pour garder notre dignité, notre fierté, notre sourire, notre corps lui ne triche pas.
Il parle à sa façon, et la maladie, voire le suicide est trop souvent sa façon de se faire entendre.

paroleLa souffrance évoquée dans le travail, tout autant que la volonté d’anticiper des risques psycho-sociaux passent donc par la prise de conscience qu’il est nécessaire d’arrêter les beaux discours sur ce que doit faire l’entreprise.
Le substitut des beaux discours ne remplace pas une écoute véritable, ni l’action consciente authentique, la parole n’est pas respectée.

L’Entreprise est une entité juridique, elle n’agit pas d’elle-même, ce sont bien les acteurs et collaborateurs de l’Entreprise qui ont le pouvoir d’agir vraiment.
Aussi osons parler en toute honnêteté, en toute transparence, et observons un instant comment nous nous complaisons à considérer le symptôme, faire semblant de le traiter, plutôt que de réellement agir sur le terrain de fond, d’engager sa parole.

Cela vous évoque quelque chose ?

En médecine traditionnelle occidentale, nous agissons de même.
La demande est traitée en fonction du symptôme, et non en fonction de l’origine du déséquilibre.
Certes, un individu qui souffre veut être soulagé dans sa souffrance, c’est son objectif immédiat, alors le médecin répond à la demande, et devient un prescripteur.
Toutefois, traiter l’état d’urgence par un substitut chimique n’agit en aucune façon sur le terrain intérieur, la source véritable de la souffrance.

En entreprise, et dans la vie quotidienne, il en va de même.
Nous traitons ou pas les apparences, ce qui se voit, ce qui semble palpable, sans pour autant nous préoccuper des sources, de la genèse du problème véritable.
Or nous sommes la source de ce que nous créons, là est notre responsabilité, chacun individuellement, et collectivement.

Choisir par exemple une formation sur la gestion du stress, c’est entendre pendant une ou plusieurs journées des dizaines de fois le mot « stress ».
A votre avis, les formés peuvent-ils se sentir soulagés de réactiver intérieurement des images, des sensations, des expériences difficiles compte-tenu du fait que le corps reçoit en permanence les « radiations » préalablement enregistrées ?

Est-ce à dire que les dirigeants, les managers, doivent apprendre à devenir des « écoutants de l’âme » ?
A méditer…
Et si chacun apprenait à devenir son propre manager intérieur ? Son propre dirigeant de son entreprise personnelle de la vie ?
Et si chacun réapprenait le sens de la parole, l’engagement de la parole, donner sa parole et la respecter.

Cela demande bien sûr d’apprendre, et/ou de s’autoriser à parler de soi, en toute liberté, authenticité, confiance, sans pourtant se trouver sur le divan d’un psy.
Ouvrir un espace nouveau, pour communiquer à partir de soi et dans le respect de l’autre s’impose.

Parler de soi en toute authenticité, c’est évoquer le ressenti intérieur, c’est faire état de sa propre vision des choses, c’est donner à l’autre le détail de sa propre stratégie interne sans pour autant l’imposer à l’autre, c’est vivre en confiance avec soi et se faire respecter dans une autorité naturelle, tout en respectant l’espace de l’autre.

Attention cependant à l’interlocuteur !
Qui est l’interlocuteur ? Comment est-il perçu ?
Quel est l’objectif du moment ? Le mien, le sien, le nôtre ?
Quel est l’intérêt commun ? Y-a-t-il un intérêt commun, partagé ?

L’autorité naturelle, c’est la pleine présence à soi, et le juste rapport entre soi et les autres, les événements du moment, en terme de justesse des choses, d’équilibre dynamique dans le mouvement et le bon sens.
Pas facile quelquefois de s’exprimer face à un supérieur hiérarchique ! Des peurs et des croyances agissent en permanence.
Peut-être très facile d’imposer la supériorité hiérarchique pour se faire obéir sans se soucier de l’art et de la manière de dire les choses, performance oblige !

Alors la solution pour parler de soi est peut-être de commencer avec soi, se faire parler, exprimer pour entendre ses propres mots, voire ses propres maux.
Cela peut aussi passer par de l’expression corporelle, des jeux de rôles, des mimes pour apprendre à se libérer du « mal vécu », le transformer en toute sécurité avec soi, par le rire aussi, le lâcher prise, la tombée des masques de personnalité.

Associer le verbal, la parole intérieure, le corps, la respiration, le non-verbal pour exprimer, parler de soi autrement, se rencontrer dans un nouvel espace autre que celui du mental et des croyances.
Passer par tous les états si nécessaire, soulagement, libération, plaisir, épreuve, peur pour se réapproprier des ressources, de la confiance, de l’estime de soi.

printempsVous souhaitez parler de vous, apprendre à vous libérer de vos chaînes intérieures, de vos prisons, tout en découvrant de nouvelles ressources qui vont vous aider à vivre votre autorité naturelle et cultiver la paix intérieure en toutes circonstances ?

Je vous invite à faire l’expérience de la verticalité avec vous-même.
De l’écoute au jeu de l’acteur en passant par le mime et l’enfant lumière libre en vous, je vous accompagne à vivre un processus en lequel vous vous révélez à vous-même.
Osez régénérer l’énergie de l’entreprise, elle vous le rendra, vos collaborateurs aussi.

L’équinoxe approche, c’est le moment d’une belle renaissance pour donner vie à vos envies.
Besoin d’un printemps différent ?
Contactez-moi, Atout Être Coaching, c’est aussi de multiples talents réunis, des artistes, des thérapeutes pour transformer le train-train du quotidien en une aventure riche de bonheur et d’humanité.
Parole de Coach, engagée…

 

 

 

Related posts: