Quelles conséquences ?

Quelles conséquences à s’engager vers le renouveau et atteindre des objectifs inédits ?

Autant vous le dire immédiatement, les prises de conscience génèrent souvent des conséquences « non désirées », avec des passages délicats, voire difficiles, temporaires, car notre égo aime la routine, le connu, et le pouvoir, au point d’interférer avec la volonté de développer la nouveauté, l’intelligence sensorielle, et le goût du risque.

Notre histoire est une accumulation de conditionnements, de croyances, de pensées, de comportements souvent automatisés, de mémoires, de désirs satisfaits,  insatisfaits et/ou frustrés, de sentiments plus ou moins conscients, d’émotions plus ou moins vécues.
Notre personnalité est donc semblable à un empilement ininterrompu de données que le cerveau traite en permanence en tout automatisme, et notre égo se complait à maintenir un état intérieur répétitif, comme un gardien des lieux dont les fonctions seraient réduites à la répétition du déjà vu, et du contrôle qui rassure.

En vérité, ce connu « inconscient » (héritage de l’enfance, voire au delà), car non vécu dans la présence consciente à soi, a des conséquences fâcheuses sur le long terme,  surtout lorsque les facultés sensorielles et émotionnelles sont laissées de côté, voire bannies.

le feu et l'eauC’est un peu comme le combat permanent entre le feu et l’eau.
Le foyer ardent des désirs de l’égo est menacé par les pluies torrentielles des émotions et des aspirations profondes, et la solution rapide consiste donc à se couper des émotions, des besoins véritables, à se couper des perceptions dans le corps, pour vivre un idéal mental projeté.

Les conséquences, là encore, sont lourdes à terme, puisqu’un tel mode de fonctionnement se traduit comme une sorte de mensonge permanent avec soi,  comme si le « vivant intuitif » n’existait pas, et bien souvent, c’est le corps physique qui rappelle à l’ordre supérieur des choses, pour activer le « désapprendre ».

Cette influence permanente du rapport « dominant/dominé », agit autant à l’intérieur de soi, par la conjonction des opposés (yin/yang – féminin/masculin – négatif/positif – eau/feu  etc…) qu’à l’extérieur de soi, avec le besoin d’avoir raison, de garder le contrôle, de s’assurer du pouvoir etc…

L’excès de cette « domination » de l’égo dévoreur d’énergie, génère des conflits, des tensions, des jeux de pouvoir, des pièges relationnels, des déséquilibres de toutes sortes, et rétrécit considérablement le champ des possibles et de la créativité.

 

Que ce soit à l’échelle humaine individuelle ou collective, le mouvement binaire 1/0, supérieur/inférieur, +/-, génère une programmation qui semble figée, comme le programme d’un ordinateur qui ne permet plus de créer quelque chose de différent.

Ceci est un leurre, une illusion, car l’être humain n’est pas une machine.
L’être humain est doué de sensibilité, de créativité, de réflexion et peut à chaque instant agir sur sa propre condition, et générer des « programmes nouveaux », paramétrables dans la pleine présence à soi.
La très grande richesse de la nature, c’est qu’elle permet une élasticité, une flexibilité, du fait des milliards de possibilités possibles, portées par les connexions cérébrales et les sens.

Les conséquences à l’action du changement, de la transition vers un nouveau paradigme, sont alors génératrices d’innovations, d’explorations, d’émerveillements, desquels émergent des sensations nouvelles, des motivations à créer, gouverner, diriger, ensemencer sa propre de vie de nouvelles attitudes, d’objectifs différents, parfois insoupçonnés, pour vivre acteur conscient de sa réalité et de son devenir.

Ce qui paraissait insurmontable (limite-peurs-deuil-perte etc…) passe par le filtre bienveillant de l’acceptation, du temporaire, de la conscience d’être jusqu’à mobiliser la volonté de se créer un chemin de vie cohérent, riche de toutes sortes d’expériences, agréables ou pas, vécues comme des apprentissages renouvelés qui nourrissent.

Continuer de poser les mêmes actions, avec le même système de pensées, les mêmes croyances, et croire que le résultat peut être différent aboutit à une forme d’aliénation, et à des conséquences toujours plus fâcheuses et dé-génératrices.

Choisir de transformer  l’illusion mentale d’un réel conditionné, en réalité de conscience en mouvement, face au miroir de la véracité des choses participe de l’éveil, cette forme d’intelligence nécessaire à faire communiquer la matière et la lumière, le rationnel et l’irrationnel, le connu et l’inconnu, le masculin et le féminin.

Les conséquences sont alors des portes ouvertes vers l’amélioration du vécu en le vivant d’être, pour chacun et tous.

Il appartient à chacun, à chacune d’entre nous de devenir conscient, consciente, des enjeux de l’incarnation, des multitudes d’actions nouvelles possibles, et d’agir avec intelligence afin de mettre un terme aux conséquences dramatiques d’une pensée étroite et conditionnée qui enferme et sclérose la créativité.

Quelles conséquences à devenir pionnier conscient, pionnière consciente d’une nouvelle vie, enrichie d’une réalité autre à créer  ?
La joie d’être, la fierté avec soi, dans l’intime de soi, et la satisfaction d’agir solidaire dans la pleine richesse de la nature qui nous instruit à chaque instant.

Agissez-vous avec présence sensible, dans la conscience de vos choix, de vos pensées, de votre réalité intérieure, et des conséquences à vivre ?