Une singularité à apprécier en toute lucidité

Naître avec cette pensée en arborescence, reconnue comme une singularité,  une pensée originale, globale, pertinente, pouvant explorer le moindre détail, naître avec cette hypersensibilité en l’état d’une faculté à capter directement dans l’énergie l’information de la vie,  naître avec cette hyper-conscience, « sans visage » et « sans âge », et vivre dans la fusion avec le Tout, peut représenter tout au long du chemin une sorte de handicap, de défi permanent, alors qu’il peut en être tout autrement.

Naître « singulier« , au masculin comme au féminin,  et vivre « pluriel« , tel pourrait être la devise de cet état d’être, si méconnu, si incompris, si catalogué.

Les mots pour désigner les individus nés avec cette singularité sont nombreux :

zèbresSurdoués, hauts potentiels, hors normes, sur efficients mentaux (Christelle Petitcollin – Livre « Je pense trop »), zèbres (Jeanne Siaud-Facchin – Livre « Trop intelligent pour être heureux ?« ), « dyssynchrones » selon la proposition de Cécile Bost, pour dire « talent différent », pour ne citer que ceux-là.

Les « effets secondaires » de ces mots sont souvent dramatiques pour beaucoup d’individus tant ils génèrent des émotions désagréables, des interprétations déformées, avec cette croyance et/ou ce sentiment de « supérieur » de quelque chose qui dérangent.
Pourtant, c’est tout autre, et il convient de s’informer pour se représenter ce qu’est réellement cette singularité.

De tout temps, de toutes époques, des individus singuliers ont traversé ce chemin de vie humaine et manifesté un quelque chose de différent, d’unique, de transcendant parfois, qu’ils aient été connus, reconnus, ou pas.

Aussi,

Inutile de s’engager dans une guerre intellectuelle des représentations toute aussi stupide que désastreuse,
Inutile de s’enfermer dans une étiquette ou un ghetto,
Inutile d’en faire une fatalité (même s’il y a quelque chose d’irréversible à accepter, à vivre, à comprendre),
Inutile de vouloir être « comme les autres », pour se faire accepter sans se respecter soi,
Inutile d’accuser cette singularité pour justifier de tous les malheurs vécus,
La douance ou surdouance de la vie, cette intelligence merveilleuse observable dans toute la création, est à la source de chaque forme de vie, et présente en chaque individu.

Étant donné le décalage de la perception, lié à ce cerveau fait pour accueillir et explorer la complexité des choses,
Étant donné cette bienveillance naturelle, et ce besoin permanent de comprendre, de découvrir, d’apprendre, de créer,
Étant donné la puissance émotionnelle si difficile à vivre,
Étant donné la puissance mentale si difficile à canaliser,
Étant donné ce goût de l’excellence, abandonné parfois de part le vécu et le désastre des croyances limitées,
Il est nécessaire d’explorer, de se connaître, et de s’approprier des avantages qu’offrent cette singularité.

Il sera peut-être un temps prochain où cette singularité sera la « norme » de toute la population humaine.

Pour l’instant, il en est autrement, et les conditions de développement de l’intelligence au fil de l’histoire humaine sont surtout passées par la négation de cette intelligence chez un grand nombre, et la volonté de certains de soumettre d’autres individus à une forme de « dictature intellectuelle », interdisant toute expression des émotions et de la créativité.

Développer l’ancrage corporel, créer le lien corps-esprit conscient, s’accueillir, vivre l’instant, développer l’acceptation de ce qui est, guérir des blessures intérieures, apprécier ce décalage, et laisser jaillir ce beau potentiel demande un engagement permanent, et l’apprentissage régulier à employer cette « folie/sagesse » dans la jouissance du vivre.

Ce chemin est souhaité à chaque individu, hors norme ou pas, et le vécu conscient de cette même singularité  chez l’accompagnant est un facteur prépondérant pour se sentir sécurisé, non jugé, non catalogué et accueilli en toute simplicité, en toute neutralité.

La sensibilité sémantique, ce respect profond du verbe et de la parole, est souvent source de blessures profondes.
La bienveillance spontanée, l’empathie, l’authenticité, la générosité, le besoin de comprendre, de clarifier, sont trop souvent des portes ouvertes sur l’abus, non détecté, non connu, car non compatible avec cette richesse de l’être.
Enfin, le besoin profond de pouvoir s’exprimer pleinement avec cette pensée en arborescence, en toute nature, en toute simplicité, sans se croire fou ou folle, reste l’essentiel pour trouver l’équilibre en soi, et développer cette harmonie intérieure si précieuse, si nécessaire.

Dans mon expérience de vie, c’est ce qui m’a manqué souvent, cette simple liberté de parole et l’espace nécessaire à m’exprimer en toute confiance, car les connaissances livresques des accompagnants supplantent systématiquement l’inédit qui circule dans cette « pensée-émotion-conscience » arborescente si particulière. Quant aux « débordements » émotionnels, ils créent une telle résonance, que l’accompagnant coupe souvent court à cette forme d’expression pourtant si nécessaire à rétablir l’équilibre intérieur.

Avec le recul sur des décennies d’explorations, d’apprentissages, de pratiques, de réflexions, d’expériences, de découvertes, de thérapies, de créations, et de profonde solitude, je me fais un point d’honneur à me respecter avec cette hypersensibilité sans la juger, la rejeter ou la combattre.

Ma vie intérieure a toujours été d’une grande richesse et mon soutien permanent malgré la difficulté à laisser jaillir à l’extérieur cette belle intelligence, et cette créativité spontanée du fait des conséquences à « subir », pour un temps.

A présent, j’aime ma singularité, et j’ai appris à vivre 100% responsable de ma réalité intérieure, et 100% investie pour vivre pleinement mon hypersensibilité comme un atout, une richesse, une compétence autre.
Je comprends désormais que même si chacun est unique, seuls ceux qui traversent la vie avec ce « décalage permanent » sont à même de savoir très exactement ce que cela génère pour le vivre au quotidien.
Je continue de croire aussi qu’il y a sûrement des individus qui ont peut-être trouvé spontanément leur équilibre avec ce même décalage, pour avoir reçu le « nécessaire » à s’aimer avec et composer avec, et qui sont devenus des adultes simplement heureux de leur talent différent.

Je me ferai un plaisir de partager avec vous, et de vous accompagner sur le beau chemin de la légende personnelle, cette approche de vie singulière où la sagesse, l’intelligence de la nature, le respect de la création, et l’Esprit du Grand Tout est un cœur vibrant à laisser rayonner, quoi qu’il arrive, en toute simplicité.